The Bold Type : utopie féministe ?

Le pitch de la série The Bold Type (traduite dégueulassement en français par « De celles qui osent« ) ne me séduisait pas du tout. L’histoire de trois amies qui travaillent dans un magazine féminin, rien qui ne me semblait intéressant là-dedans. Cependant, à force d’entendre que cette série prône l’empowerment des femmes et qu’elle est féministe (et le confinement aidant), j’ai fini par bingewatcher les 4 saisons disponibles sur Netflix.

C’est vraiment difficile de conseiller ou déconseiller cette série tant elle a de défauts et de qualités, alors j’ai préféré en faire un article !

The Bold Type, une utopie féministe rose…

Ce qui m’a tout de suite dérangé dans cette série, c’est le côté trop feel good. Les héroïnes sont confrontées à chaque épisode à au moins un problème qui touche au sexisme, au racisme, au classisme… avec un format très répétitif (que les réalisateurs ont timident tenté de corriger au fil des saisons) : chaque épisode = problème, l’amitié-et-le-courage-peuvent-venir-à-bout-de-tout, résolution du problème.

Si une série engagée ne doit pas nécessairement être noire, dramatique, démontrer que les problèmes vécus par des millions de gens dans le monde se résolvent en un claquement de doigt et dépeindre des personnages forts qui flanchent rarement et se relèvent aussi vite n’est absolument pas la bonne manière de faire.

C’est la même chose que présenter des role modèles féminins comme Marie Curie ou Beth (dans Le jeu de la dame), qui font penser que pour réussir en tant que femme il faut atteindre un degré d’expertise tel qu’on est reconnue dans le monde entier et qu’on est imbattable. Dans The Bold Type, on pourrait finir par croire que les femmes vraiment fortes et courageuses peuvent venir à bout de tout alors que nous simples femmes sommes condamnées à subir.

Comment se projeter dans des personnages qui semblent tellement au-dessus de nous ?

…mais une conciliation de la « féminité » et du féminisme

Je cite ce point positif avec des pincettes… Je voudrais que les codes de la féminité et de la virilité n’existent pas, mais aujourd’hui, ils existent bel et bien et son adoptés par une majorité de gens. The Bold Type est clairement une série « de fille », qui se passe dans un univers hyper féminisé où on se retrouve parfois face à des scènes de papote fringues/mode dignes de séries comme Gossip Girl.

C’est pas bien et c’est bien en même temps. Je trouve ça dommage car c’est le genre d’appréhensions qui ne me donnaient pas envie de commencer la série, et parce que une majorité d’hommes et pas mal de femmes ne se retrouveront pas dans la série et perdront vite de l’intérêt.

Mais c’est bien, parce que les femmes qui ont adopté ces codes de la féminité (et les personnes qui s’y identifient, de manière plus large, indépendamment de leur sexe), ont enfin droit à une série où ielles peuvent se retrouver, s’identifier… tout en écoutant des messages inclusifs, féministes…

Je n’aime pas cet univers car j’ai une vision négative du monde de la mode, mais être inclusif c’est aussi accepter les intérêts, les ressentis, les vécus et les choix de toustes. En ce sens, je préfère mille fois qu’on publie des séries comme The Bold Type que n’importe quelle autre série précédemment créée sur les thèmes de la mode ou de la presse féminine et qui véhicule des clichés sexistes.

Un message qui se veut inclusif…

La série met l’accent sur l’inclusivité et dénonce régulièrement le sexisme, le racisme, l’agisme, le classisme, l’homophobie…

…mais des corps et des situations propres à une caste

Cependant, force est de constater qu’il aura fallu attendre un bon moment avant de voir un personnage récurrent qu’on ne peut pas qualifier de mince. Les trois héroïnes sont minces, deux sont même très minces. Tout comme tous les personnages de la série. Ils peuvent être racisés, âgés, homme, femme, homo, hétéro, bi… ils sont tous beaux et belles, de tailles équivalentes, et minces.

Pour la représentation universelle, on repassera. Et je ne parle là que des questions purement physiques, car si on poussait l’analyse plus loin on se rendrait probablement compte que les situations et vécus dépeints sont assez limités voire stéréotypés.

The Bold Type est une série dans l’air du temps et agréable à regarder. Si on peut se réjouir de son envie de représenter une nouvelle génération de jeunes femmes, on lui recommande un peu plus de spontanéité et de subtilité, par exemple, en montrant parfois ses actrices moins tirées à quatre épingles courant dans tout New York. 

Marie Claire – « The Bold Type » : la série trop féministe pour être honnête ?

Une vision sex positive…

La série est très axée sur le sexe et la vie sexuelle décomplexée des femmes. D’ailleurs, le magazine où les héroïnes travaillent a pour sujet récurrent la libération et l’épanouissement sexuels. Les copines parlent librement de sexe ensemble et les femmes ne sont jamais pointées du doigt lorsqu’elles assument leur sexualité (côté Bisounours de la série…).

…mais un refus de l’asexualité et des scènes de sexe qui semblent écrites par un homme

Cependant, deux choses me dérangent profondément à ce sujet. Une des trois copines est beaucoup moins attirée par le sexe et expérimentée que les autres. Si j’aime le fait que cela n’entache pas leur relation et qu’elles ne se jugent pas les unes les autres, j’aurais aimé que le développement de l’histoire aille jusqu’au bout en dépeignant une femme asexuelle ou gray-asexual (qui présente peut de désir) -je parle d’une femme car la question est soulevée à propos d’une femme, mais présenter un homme asexuel aurait été encore plus intéressant…-, au lieu de quoi la personne en question évolue vers une vie sexuelle plus… normale ? acceptable ?

Lorsqu’on voit son évolution sexuelle, on se retrouve face à des scènes de sexe qui présentent zéro crédibilité, comme celles écritent par des hommes depuis des décennies dans toutes les productions audio-visuelles : une femme qui commence à prendre son pied dès les premières secondes et qui gémit instantanément, pas de préliminaires, orgasme express par pénétration seule… et ça me dérange beaucoup, surtout lorsque c’est vécu par un personnage qui n’est pas censé être à l’aise avec le sexe et qui ne l’apprécie pas plus que ça. Surtout lorsqu’on met l’accent sur une femme qui n’a jamais connu d’orgasme à 26 ans. Sauvée une fois encore grâce au pénis magique de l’homme qu’elle aime…

Des relations amicales et professionnelles saines…

L’une des choses les plus remarquables dans la série, terriblement utopiste mais aussi terriblement inspirante, c’est la cheffe du magazine. On dépeint généralement les femmes de pouvoir comme des castratrices sans coeur, des égoïstes, j’ai presque envie de dire des mal-baisées… Jacqueline dirige le magazine avec succès et reste très humaine tout en était professionnelle. Elle est souvent là pour les autres, pour les conseiller et les faire évoluer. Evidemment, c’est la cheffe qu’on voudrait toustes avoir et qu’on n’aura probalement jamais (quel que soit son sexe), mais c’est réconfortant de voir ça.

Tout comme les relations amicales entre les personnages sont magiques. Les trois héroïnes partagent une amitié sans tabou, sans gêne, à toute épreuve, qui fait rêver.

…mais des personnages creux à peine crédibles

Mais c’est un peu trop beau pour être vrai. Pourrait-on normaliser les défauts des gens et surtout l’acceptation de ses défauts ? Leurs faiblesses ? Leurs remises en question ? Est-ce qu’on ne risque pas de déprimer en comparant ces représentations avec la réalité, ou de mettre la barre très haut sachant que dans la vraie vie peu de relations atteignent un niveau similaire ? Vous avez 4 heures…

The Bold Type, à voir sur Netflix (mars 2021, les 4 premières saisons sont disponibles)

Les gifs qui illustrent cet article viennent du site Giphy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s