Luna – Ian McDonald (roman, science-fiction)

« Une nouvelle façon de vivre, mille façons de mourir. », voilà une accroche qui donne le ton ! Luna est un roman de science-fiction qui se passe sur la Lune, « planète » où s’est installée une partie de l’humanité depuis plusieurs générations. Sur la lune, il y a la main d’œuvre, pauvre à très pauvre, qui économise ses respirations pour ne pas tomber à court de crédit-oxygène, et les grandes familles qui possèdent les sociétés d’extractions et un quota de données, oxygène et compagnie illimité. Guerres de clans, unions, trahisons, scènes de sexe crues, voilà pourquoi Luna est comparé à Game of Thrones.

N’étant ni fan de GOT (pour tout dire, je n’ai pas pu regarder au-delà du second épisode), ni de planet- ou space-opera (d’histoires dans l’espace, de manière générale), c’est donc avec grand étonnement que ce roman s’est avéré un véritable coup de cœur. Un petit pavé que j’ai lu en quelques jours, avec de grandes difficultés à m’arrêter.

Un livre riche en personnages, que l’on met un moment à connaître (ajoute à cela que les liens de parenté ont de nouveaux noms sur la Lune).

L’action et les temps de pause (flash-back, explications, détricotages de coups fourrés) se succèdent pour donner un rythme agréable de lecture.

On adore détester les grands, pris dans leurs jeux politiques, leurs complots, leurs unions arrangées, leurs combats de pouvoirs, et prendre peine pour les petites mains, qui vont jusqu’à vendre leur urine pour pouvoir s’acheter du crédit pour pouvoir respirer. Il n’est donc pas juste question d’une guerre de familles puissantes, mais aussi d’une réflexion sociétale subtilement développée par l’auteur.

Luna est le premier tome d’une trilogie, cependant j’ai choisi de ne pas lire la suite. En effet, le premier tome se termine sur une fin un peu ouverte mais ayant apporté les réponses nécessaires pour clore cette partie de l’histoire, et les saga ça m’ennuie 😅.

Bons points : 

Les femmes de pouvoir existent sur la Lune, tout comme les femmes badass qui font office de garde du corps 💪.

Sur la lune, les genres ne veulent plus rien dire, hommes et femmes n’ont que des différentes anatomiques, chacun sort avec qui il veut, s’habille comme il veut.

Des personnages hauts en couleur mais qui (à part un) restent tout à fait crédibles. Cependant, le fait d’avoir grandi sur la lune sans références terriennes justifie tout à fait que certains comportements semblent en décalage.

Mauvais points :

Point de vue technique, les chapitres sont beaucoup trop longs ! Ce roman n’en compte qu’une dizaine malgré sa taille. C’est donc difficile d’en lire un d’une traite.

2110. Sur une Lune où tout se vend, où tout s’achète, jusqu’aux sels minéraux contenus dans votre urine, et où la mort peut survenir à peu près à n’importe quel moment, Adrianna Corta est la dirigeante du plus récent des cinq «Dragons», ces familles à couteaux tirés qui règnent sur les colonies lunaires. Elle doit l’ascension météoritique de son organisation au commerce de l’Hélium-3. Mais Corta-Hélio possède de nombreux ennemis, et si Adrianna, au crépuscule de sa vie, veut léguer quelque chose à ses cinq enfants, il lui faudra se battre, et en retour ils devront se battre pour elle… Car sur la Lune, ce nouveau Far West en pleine ruée vers l’or, tous les coups sont permis. 
Développé en série télé par CBS, souvent comparé à Game of Thrones à cause de la brutalité de ses intrigues, récompensé par le Gaylactic Spectrum Award 2016, Luna est le premier volume d’une trilogie.

Lire sur Amazon

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s